Calade

4 - RADIO LOCALE ASSOCIATIVE PRIVEE NON COMMERCIALE

samedi 6 mars 2010 par Administrateur

 (Photo d’une partie de l’équipe, en 1984, sur les marches du nouveau local des studios - 60 rue de Belleville à Villefranche)

RADIO CALADE, membre du Syndicat National des Radios Libres (SNRL) - site : SNRL -  ; et signataire de la Charte des Médias Libres.

La dénomination médias libres regroupe des médias indépendants, laïques, attachés aux droits de l’homme et attentifs à l’environnement. Ils sont pluriels et pluralistes. Ils refusent la communication marchande. Ils respectent scrupuleusement la déontologie des journalistes et oeuvrent au rayonnement culturel en permettant l’expression la plus large des artistes de leur bassin de diffusion. Ils ont un statut associatif, un fonctionnement démocratique et un financement cohérent avec le fait qu’ils n’ont pas de but lucratif. Ils sont solidaires entre eux et constituent des communautés de travail permettant à chacun de rempli au mieux sa mission.

* Des médias libres, indépendants et laïques  :

Les médias libres sont fidèles à l’esprit initial de la lutte pour la libération des ondes. Ils constituent des médias interactifs qui se destinent à la communication sociale et à l’éducation populaire. Ils sont indépendants du pouvoir politique - local, régional ou national - et se refusent à être les organes d’expression d’un parti. Ils ne peuvent avoir aucun lien de subordination avec une puissance financière, une entreprise économique ou autre, tant au niveau des organes de pouvoir de chaque média libre que par le truchement de leur financement. Ils respectent la croyance et les choix philosophiques de leurs adhérents et de leur public appartenant aux diverses communauté du bassin de diffusion, mais ils ne font pas de prosélytisme religieux et ils ne sont pas sous la tutelle d’une institution confessionnelle.

 * Des médias humanistes et attentifs à l’environnement :

Les différentes équipes des médias libres sont attachées au respect de la dignité de l’homme, de la femme et de l’enfant. Cette attention est universelle et prend donc en compte la condition humaine sur l’ensemble de la planète. Elles soutiennent les efforts de tous ceux qui se battent contre l’intolérance, le racisme et les diverses exclusions, ainsi que de ceux qui militent pour les droits de l’homme. Les médias libres affirment le droit à l’existence de toutes les communautés du bassin de diffusion et permettent leur expression. Ils rejettent avec vigueur les discours qui visent à marginaliser ou exclure certaines d’entre elles, en particulier, le racisme, oeuvrant ainsi à la convivialité. Les médias libres appuient aussi le travail de tous ceux qui veulent protéger notre environnement, ainsi que de ceux qui se battent pour sauver notre planète des risques qu’elle encourt.

* Des médias pluriels et pluralistes :

Les médias libres sont pluriels sur le plan social, communautaire et culturel. Ils sont un lieu de rencontre et d’échange pour les différentes classes sociales, générations et communautés du bassin de diffusion. Sure le plan politique, n’étant pas l’expression d’un seul parti, ils doivent pratiquer le pluralisme de l’expression de tous, dans le cadre fixé par la loi.

* Des médias qui respectent la déontologie des journalistes :

Les médias libres se veulent alternatifs. Pour jouer ce rôle, les journalistes, bénévoles ou professionnels, respectent les règles de déontologie de leur profession. Ils sont attachés à la pluralité des sources, ils ne lancent pas une information sans en avoir vérifié la consistance. Ils ne portent pas crédit à des rumeurs, ils ne propagent pas des informations portant atteinte à la vie privée ou à la dignité d’une personne. Ils rejettent la logique des "scoops au taux d’écoute", la diffamation et la manipulation. Ils sont motivés uniquement par la volonté d’informer honnêtement leurs auditeurs.

* Des médias soucieux du rayonnement culturel :

Ils s’insèrent dans le tissu local et social comme éléments essentiels de l’affirmation et du développement de la culture. Loin de rechercher le "top 50", ils veulent promouvoir les créateurs et interprètes encore méconnus et être un début d’alternative aux programmateurs des grands médias commerciaux. Ils donnent la préférence aux artistes locaux et aux courants minorisés, soutenant la production de toutes les communautés de leur bassin de diffusion. Ils veulent être des lieux de découverte de talents noouveaux et participer ainsi à l’éclosion du paysage culturel de demain. Ils laissent aux commerciaux le soin prostituer un art transformé en simple faire-valoir des messages publicitaires.

* Des médias qui refusent la communication marchande :

Les différents médias libres cherchent des financements pour un objectif de communication : c’est à l’opposé des entreprises commerciales qui utilisent le créneau de la communication pour la réalisations de leurts profits. Le financement de nos médias libres répond à différents critères qui en font l’efficacité. Les médias libres veulent que soient rémunérés les services qu’ils rendent. Ils doivent bénéficier de toutes les aides auxquelles ils ont droit. Ils peuvent assumer une logique commerciale dans le cadre prévu par la loi en ce qui concerne les radios éligibles au Fonds de Soutien : messages d’intérêt général, petites annonces et dédicaces, messages publicitaires. Cette diversité et cette complémentarité des ressources leur permettent de garder une certaine indépendance par rapport à chacun des financeurs et font que le fidélité à leur mission reste l’objectif et l’argent un moyen.

 

 


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1462 / 682534

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Radio Calade et vous  Suivre la vie du site Historique   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License