Le nouveau mâle alpha : éloge de la faiblesse

grey and white wolf selective focus photography

Tu vois gamin, je me suis dit dernièrement que je frisais la provocation avec les hommes que je désigne comme fragiles. Tu sais ces hommes qui s’accrochent à l’illusion de la virilité comme à une bouée de peur de ne pas être pris pour de vrais bonhommes. Il y a dans leur attitude quelque chose de dérisoire qui va à l’encontre de la force qu’ils mettent en avant à tout bout de champ. Je me suis dis qu’il était temps d’arrêter de dénoncer la virilité pour démontrer une bonne fois pour toute l’imposture de cette norme que l’on veut nous vendre à tout prix.

J’ai envie de retourner la problématique. Pouvons-nous  dire que nous sommes des hommes si nous n’avons pas fait l’expérience de la faiblesse à un moment de notre vie ? Pouvons nous considérer que nous avons trouvé notre vraie nature d’homme, celle qui fait de nous des nouveaux mâles alpha,  si nous ne nous sommes pas dépouillés des illusions de force et de puissance ?