LE JOURNAL DU MARDI 17 DECEMBRE 2019

Au sommaire :

Alors même que se profile la grande journée nationale à l’appel de l’intersyndicale de mobilisation du mardi 17 décembre, une délégation d’enseignants des différents Collèges et Lycées de la localité du Beaujolais était reçue par le Sous-préfet de Villefranche dans la matinée

Qu’est-ce que la justice restaurative ? Une pratique complémentaire au traitement pénal de l’infraction, Stéphane Simon, certifié, interviendra en janvier prochain à Villefranche sur des modules d’information, accompagné de Claude Duraffourg, visiteur de prisons

Après l’éclatement du scandale #UberCestOver, de nombreuses victimes ayant témoigné d’agressions sexuelles et de viols commis par leur chauffeur, le Collectif « Collages contre les Féminicides » de Lyon a réalisé une action sur les murs d’Uber Lyon

Alors même que se profile la grande journée nationale à l’appel de l’intersyndicale de mobilisation du mardi 17 décembre, une délégation d’enseignants des différents Collèges et Lycées de la localité du Beaujolais était reçue par le Sous-préfet de Villefranche dans la matinée. Un regroupement de plusieurs centaines d’enseignants s’est formé symboliquement sur la parvis de l’Hôtel de Ville de Villefranche.

 

Puis, qu’est-ce que la justice restaurative ? Une mesure prévue par la loi du 15 août 2014, mise en œuvre par la circulaire du 15 mars 2017. La justice restaurative est une pratique complémentaire au traitement pénal de l’infraction. Stéphane Simon, certifié, interviendra en janvier prochain, Espace Barmondière à Villefranche sur des modules de sensibilisation à la justice restaurative. Il est accompagné de Claude Duraffourg, visiteur de prisons.

 

Et pour conclure notre édition, après l’éclatement du scandale #UberCestOver, de nombreuses victimes ayant témoigné d’agressions sexuelles et de viols commis par leur chauffeur. Le Collectif « Collages contre les Féminicides » de Lyon a réalisé une action sur les murs d’Uber Lyon pour dénoncer les viols cachés et excusés par l’entreprise. Jointe par téléphone Aria, membre du collectif.

 

Auteur de l’article : Sylvie ROSIER