Cyberattaque : l’hôpital Nord Ouest de Villefranche “Hacker”

L’hôpital Nord Ouest paralysé

Victime d’une attaque informatique d’ampleur, détectée à 4h30 du matin, les trois sites Villefranche Tarare Trévoux sont touchés.

« Rançongiciel »

Cette attaque par le crypto-virus RYUK, un « Rançongiciel » est un logiciel malveillant qui bloque les données d’un système informatique, qui ne sont plus accessibles qu’après paiement d’une rançon.

Les hôpitaux, cibles privilégiées des attaquants

Les hôpitaux sont les cibles privilégiées des hackers. Une tendance accrue depuis 2020 avec la pandémie qui pousserait plus facilement les hôpitaux à payer la rançon au vu du besoin critique de continuité d’activité.

Réorientation des patients

Les patients nécessitants le recours au service d’urgence sont orientés sur d’autres hôpitaux ou cliniques.

Tandis que la continuité des soins en cours et réanimation est assurée. De même pour les nourrissons de néonatalogie, la maternité est en mesure d’accueillir les futures mamans, les naissances par césariennes restent assurées.

Report des opérations chirurgicales

Toutes les interventions chirurgicales ce jour 16 février sont reportées.

Accès limité ce jour

Afin de limiter la propagation du virus, les accès au système d’information et à internet ont été coupés et les postes de travail déconnectés à l’exception du standard des urgences.

Vive réaction de Bernard Perrrut, scandalisé par la cyber attaque !

« Scandalisé par la cyber attaque sur le réseau informatique de l’hôpital Nord-Ouest

En tant que président du comité des élus du Groupement Hospitalier de Territoire, je condamne l’attaque virale d’ampleur détectée sur le réseau informatique de l’hôpital Nord-Ouest.

La mobilisation de toutes les équipes hospitalières, le déploiement d’un dispositif de crise ont permis de prendre des mesures pour organiser le fonctionnement des trois hôpitaux, Villefranche, Tarare et Trévoux, très impactés, et d’assurer la sécurité des patients. » peut-on lire sur sa page facebook.

 

Auteur de l’article : Sylvie ROSIER