LE JOURNAL DU LUNDI 27 AVRIL 2020

Au sommaire :

Longtemps réservé à un petit cercle de passionnés et d’initiés, produit en marge du monde l’art brut ou l’art des aliénés et des autodidactes a désormais ses entrées.

Alain Moreau collectionneur et fondateur de l’association Art Brut en Compagnie, en ces temps de confinement, nous fait partager les œuvres des artistes de la collection « Art Brut en Compagnie ».

 

Longtemps réservé à un petit cercle de passionnés et d’initiés, produit en marge du monde de l’art et de ses circuits, l’art brut ou l’art des aliénés et des autodidactes a désormais ses entrées dan le monde de l’art contemporain.

L’art Brut, qui n’a rien de stable et qui n’a aucune tradition formelle, semble surtout être l’instrument idéal pour repenser l’art…nous dit dans un article la revue Esprit.

Alain Moreau collectionneur et fondateur de l’association Art Brut en Compagnie , entretien des relations amicales et fraternelles avec les artistes de la collection, pendant le confinement, il a choisi de nous le faire partager,  avec André Robillard à l’harmonica pour une ritournelle : La Java Bleue.

 

André Robillard dessinant sur son lit – Photo Dominik Fusina

Mais également avec une présentation de la collection sur un format papier ou l’on peut retrouver les œuvres des artistes singuliers de la collection, Georges Daumezon, Guy Brunet, André Pailloux, Joseph Donadello ou encore Alain Gentil.

 

Auteur de l’article : Sylvie ROSIER