LA PROPOSITION DE LOI « Sécurité globale »

MOBILISATION CONTRE LA PROPOSITION DE LOI « Sécurité globale »

Des citoyens vigilants s’offusquent. Les mouvements sociaux écologistes, les intersyndicales, gilets jaunes, citoyens, descendent dans la rue, bravant le confinement contre la proposition de loi de « sécurité globale », l’estimant ultra-sécuritaire et liberticide.

Rassemblés un peu partout en France, pour ce qu’ils jugent une atteinte à la liberté d’expression et à l’État de droit.



Le débat promettait d’être avant tout technique, une discussion entre experts de la sécurité. Mais, à la faveur de la crise sanitaire qui a retardé son examen, de la pression des syndicats sur les violences à l’encontre des policiers et de l’intervention de l’exécutif, qui a fait ajouter quelques paragraphes polémiques, la proposition de loi pour « une sécurité globale » portée par deux députés LRM, est devenue un sujet hautement politique, explique Nicolas Chapuis et Julie Carriat, dans un article du journal Le Monde.

La Défenseure des droits s’est dite « particulièrement préoccupée » par cette disposition du désormais très politique projet de loi de « sécurité globale ».

L’un des article de loi « sécurité globale » concentre également de très vives critiques de la part des journalistes français qui y voit un risque d’entrave à la liberté d’informer.

Sans défilé, les slogans fusent « même pas drone », « Orwell was right », « floutage de gueule », « Baissez vos armes, nous baisserons nos téléphones », L’appareil photo, lui n’a jamais tué personne », « Sécurité globale, impunité totale ».

Les opposants s’élèvent dans la rue pour clamer la « Liberté, liberté, liberté…»